Christensen, un nouveau chapitre dans l'histoire de Rio Tinto

9 janvier 2014

L'exploration moderne contribue à relancer l'emblématique mine de cuivre espagnole.

Christensen CT20 Rio Tinto

L'immense zone minière de Huelva, en Andalousie, dans le sud de l'Espagne, est bien connue pour la rougeur de la rivière qui traverse son centre et pour être l'une des plus anciennes mines sur Terre, datant de plus de 3 000 ans. Située à environ 65 km au nord-ouest de Séville, c'est aussi le site qui a donné son nom à l'une des plus grandes et des plus célèbres compagnies minières, Rio Tinto. Cependant, à la fin du siècle dernier, l'exploitation minière s'est arrêtée ici en raison de la faiblesse des prix du cuivre et de la baisse de la demande. Le site a finalement fermé ses portes en 2001, mais cela ne signifiait pas que l'histoire de Rio Tinto était terminée. Le propriétaire actuel du site, EMED Mining, réhabilite actuellement le site en vue d'un redémarrage en 2015. Voilà un plan ambitieux, mais avec une estimation de 123 Mt de cuivre non extrait et l'avantage supplémentaire d'une usine de traitement et d'autres installations encore en bon état, EMED s'attend à ce que la mine soit de nouveau opérationnelle dans un délai relativement court. La préparation du site se poursuivra en 2014, y compris un nouveau programme de forage d'exploration. Celui-ci est réalisé par MATSA (Minas de Aguas Teñidas), qui, à son tour, a engagé l'entreprise d'exploitation minière et de génie civil Insersa, qui est en mesure d'offrir la toute dernière technologie d'exploration.

“Le CT20 est une machine formidable qui témoigne de la qualité fournie par Atlas Copco. Nous en sommes très heureux, en raison des résultats obtenus. En outre, la formation dispensée par les techniciens d'entretien d'Atlas Copco a été inestimable, et j'ai compris tout ce que cette machine pourrait faire de plus. En outre, mes foreurs sont maintenant plus à l'aise avec le CT20. Ce qui est vraiment impressionnant, c'est le silence de la machine lorsqu'elle fore, et sa simplicité d'utilisation.”

Isidoro Sanchez, Directeur de l'exploitation pour Insersa

Tâche difficile à Cerro Colorado

Christensen CT20 Rio Tinto

Le parc de forage d'Insersa est composé d'engins de forage d'exploration Atlas Copco, notamment des engins de surface Christensen pour différentes profondeurs et capacités, ainsi que des engins Diamec pour travaux de carottage souterrains. C'est toutefois la toute nouvelle version de l'engin Christensen, le CT20, qui apporte la plus importante contribution au projet. A première vue, cette unité puissante, robuste et relativement compacte, capable d'atteindre des profondeurs de 2 450 m (diamètre N), était le choix idéal. Cependant, les membres de l'équipe de forage ont vite découvert que la géologie de Rio Tinto, principalement dans la carrière de Cerro Colorado et alentour, représentait un défi plus grand que ce qu'ils avaient imaginé. A l'aide des outils de forage de roche diamantés Hobic et Excore, la plupart des trous ont été forés à l'aide du système à câble HO. Les roches souterraines et sédiments rencontrés sous la surface étaient durs, variés et jonchés de couches de quartz, contrastant fortement avec les collines arrondies du paysage andalou environnant. Les conditions difficiles ont généré une quantité excessive de coupes qui menaçaient de bloquer le carottier et d'augmenter l'usure du train de forage. De plus, cela causait également des pertes d'eau, entraînant une usure excessive des taillants. Dans le but d'exploiter tout le potentiel du CT20, Atlas Copco a organisé une semaine de formation pour le personnel d'Insersa, et des techniciens ont été appelés pour étudier les conditions sur place. La principale préoccupation était que les taillants s'usaient trop rapidement et que le changement de taillant provoquait un temps d'interruption trop long. Après trois jours, les paramètres de forage ont été changés, sur les conseils des techniciens d'Atlas Copco. Le régime, le taux de pénétration et le débit ont tous fait l'objet d'une augmentation. En outre, l'équipe a amélioré ses capacités à régler le tirant du train de forage et le WOB (poids sur le taillant). Avant les changements, les foreurs rapportaient une durée de vie moyenne de taillant de 50 à 60 m. Après les modifications, celle-ci a considérablement augmenté jusqu'à 240 m. En outre, les foreurs ont commencé à atteindre leur objectif : plus de carottes en moins de temps et avec une productivité accrue.

Plus de carottes prélevées

Le CT20 permet aux foreurs de régler le débit d'eau, le régime, le couple et le taux de pénétration. Puisque diverses formations et duretés de roche sont rencontrées, l'ingénieux système de commande offre un taux de pénétration constant qui maintient une efficacité de forage optimale. Cela permet également aux opérateurs de se concentrer sur d'autres aspects de l'exploitation, tels que la documentation des résultats ou l'affûtage des taillants, sans avoir à ajuster en permanence les leviers, boutons rotatifs et boutons-poussoirs du tableau de contrôle. Roberto Pascual, directeur des activités d'Atlas Copco en Espagne pour l'équipement de forage géotechnique, résume : « Il y a trois précieuses leçons à tirer dans le cas présent. Tout d'abord, qu'il est important de comprendre les capacités de la machine et des systèmes qu'elle utilise pour le forage. Ensuite, qu'il est nécessaire de tester les capacités de l'équipement et d'identifier comment obtenir une productivité maximale, et enfin, qu'il faut reconnaître l'importance de l'ouverture et d'une étroite collaboration. »

“C'est la communication et la collaboration qui ont mené au développement du CT20 et qui nous ont également permis d'aider nos clients à atteindre une productivité plus élevée, ce qui se traduit par une réduction des coûts d'exploitation, une réduction des interruptions et une augmentation des prélèvements.”

Roberto Pascual